Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Maison de la Poésie Jean Joubert

Maison de la Poésie Jean Joubert

Le blog de la Maison de la Poésie Jean Joubert

Béatrice DOUVRE, la passante du péril

Béatrice DOUVRE, la passante du périlBéatrice DOUVRE, la passante du péril
Béatrice DOUVRE, la passante du périlBéatrice DOUVRE, la passante du péril

Vendredi 13 mars

18h30

Maison de la Poésie Jean Joubert

Moulin de l’Evêque

78, avenue du Pirée - Montpellier

 

Béatrice Douvre, la passante du péril

 

 

Evocation de Béatrice Douvre

Lectures par la comédienne Maud Curassier

Jean-Yves Masson ne pourra être présent.

 

 

Avec la participation de la librairie Le Grain des Mots

 

« Astre fugitif » (Jean-Yves Masson), « elfe diaphane » (Philippe Jaccottet), « météore avide d’absolu » (Alain Blanc), Béatrice Douvre (1967-1994) nous fait accéder aux hautes sphères de la poésie. La  ferveur poétique qui l’animait a conduit son écriture dans les voisinages de Rimbaud et de Rilke.

Côtoyant René Char, Yves Bonnefoy, Philippe Jaccottet, elle était une amie proche de Gabrielle Althen et Jean-Yves Masson, passeurs ardents de son œuvre.  Deux importantes publications : Béatrice Douvre, Œuvre poétique, peintures et dessins, avec une préface de Philippe Jaccottet,  (réédition Voix d’Encre, 2015), et, en 2019, Béatrice Douvre, Journal de Belfort, aux éditions de Coopérative, ont mis en lumière cette voix poétique singulière et fascinante, celle d’un être jeune conduit à la mort par l’anorexie mentale.

Nous évoquerons cette passante du péril, dont Jean-Yves Masson, éditeur du Journal de Belfort, aux éditions de la Coopérative, a mesuré la souffrance et la force. Les quatre sections de l’ouvrage  rassemblent, autour du journal tenu pendant les six derniers mois de sa vie, les poèmes en prose, Passante du péril, journal d’une anorexique, et enfin les Derniers poèmes.

 

 

La comédienne Maud CURASSIER met en voix un choix de poèmes.

 

Béatrice Douvre est née en 1967, en région parisienne. Anorexique dès l'âge de 13 ans, elle est fréquemment hospitalisée. Elle meurt le 19 juillet 1994, à l'âge de vingt-sept ans. Grâce à Gabrielle Althen, qui fut son professeur à Nanterre (Béatrice Douvre poursuivait des études de littérature et avait soutenu un DEA), puis son amie, Béatrice Douvre avait pu publier en revues de son vivant.  (Revue HSE)

 

 « Cette poésie est miracle. Non l'arrogant miracle par lequel René Char désignait superbement son poème, mais un autre, moins fondé sur l'éclat que sur la découverte d'un manque, heureux peut-être, qui serait celui d'une absence de cloisons entre l'invisible et ce qui se laisse voir. »   Gabrielle ALTHEN

« Conjuguer la gravité et l'envol, la pesanteur et la grâce, c'est ce à quoi elle est parvenue, dans ceux de ses poèmes qui vont au bout de cette exigence. Ils brillent comme de purs diamants dont le secret demande à être longuement sondé. »  Jean-Yves MASSON

 

La passante du péril

Conviée

Fût-elle venue

Pour la plus noire nuit parce que je l’aime

Celle qu’on dit qui endormait les fleuves

 

Regarde-la durer

Investie du péril

 

Mais moi

Parce que je l’aime

Regarde-moi venir

Commettre l’inconnu

 

En courant

Béatrice Douvre, Œuvres poétiques, Voix d’encre 2015

 

Maud CURASSIER, comédienne

Née en Touraine en 1986, elle a été sous la direction de Luc Faugère à Bordeaux en 2006, puis a intégré l'école supérieure de théâtre et de comédie musicale Pierre Debauche à Agen en 2007. Comédienne et pédagogue, sensible au mouvement du corps et de la voix, Maud Curassier est impliquée dans la Cie Oxymore depuis sa création en 2010  ​

 


 

à suivre le 14 mars...

Béatrice DOUVRE, la passante du péril
Béatrice DOUVRE, la passante du péril

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article